Les différents types d’implant basal

implant basal

Les implants dentaires sont élaborés dans le but de compléter une ou quelques dents qui manquent par une prothèse qui correspond et qui fonctionne comme des dents naturelles. Souvent, ce manque provoque une conséquence sur la mastication et le côté esthétique. À cause de ce problème de dentition, certaines personnes ont du mal à parler. Étant un dénouement idéal, l’implant dentaire remplace une dent naturelle de façon permanente. En évolution constante, l’implant dentaire offre une stabilité et une perception naturelle. Suivez le guide pour mieux connaître l’implant basal.

Éviter la greffe osseuse avec l’implant basal simple

Depuis quelques années, les implants dentaires se sont évolué. Plus facile à poser et plus subtilisés, ils sont des alternatives aisées par rapport aux prothèses traditionnelles. Il existe deux types d’implants : l’implant traditionnel et l’implant basal. La première catégorie d’implant ou Crestal est une méthode avec plusieurs étapes qui comprend deux pièces : l’implant et le pilier. La seconde catégorie est l’implant basal simple, qui se divise en trois types : l’implant basal simple, l’implant zygomatique et l’implant ptérygoïdien. Avant de choisir les types d’implant, consultez les implants basals avis.

Le premier type est l’implant basal simple qui est composé d’un implant très droit et assez long. Généralement, la pratique de l’implant traditionnel est remplacée par l’implant basal simple. Même si aucun os ne manque, l’objectif est de poser un bridge ou une couronne définitive à la suite de la pose de l’implant. Tous les dentistes ne conseillent pas ce type d’implant basal. Si le patient possède tous les os nécessaires, il est plus cohérent d’utiliser les implants classiques. Aussi, il est judicieux d’attendre quelques mois pour bien cicatriser avant de poser définitivement la prothèse. L’implant basal simple comporte un grand avantage. Cette pratique évite une greffe osseuse.

L’implant zygomatique pour le gain de temps

L’implant zygomatique consiste à visser l’implant dans l’os qui se situe au niveau des pommettes, aussi appelés os zygomatique. Cet implant est coudé et long. Son utilisation est destinée uniquement à la mâchoire supérieure. L’implant zygomatique est une solution pour les patients qui ont le plancher sinusal assez bas dans le but de s’abstenir des techniques chirurgicales importantes pour greffer des os au niveau du sinus. Après quatre à six mois de la date de la première intervention chirurgicale, les dents provisoires sont remplacées par des dents définitives. Cette période permet aux gencives de s’affermir dans le but d’élaborer des dents définitives. Ainsi, pour les personnes ne présentant aucun problème osseux, cet implant est recommandé par les chirurgiens maxillo-faciaux. Ce type d’implant est destiné aux patients ayant très peu d’os. Les patients choisissent plus cette option plutôt que de porter un dentier détachable.

En plus de ne pas recourir à une greffe osseuse, l’implant zygomatique offre un réel gain de temps. Si l’implant d’un patient nécessite une greffe osseuse, il est impératif d’attendre plus de six mois avant de poser les implants. En outre, six mois de plus est primordial pour la période d’ostéo-intégration. Donc, un patient a besoin d’un an avant d’avoir des prothèses définitives. Tandis que l’implant basal ne demande pas tout ce temps-là.

L’implant ptérygoïdien pour la stabilité forte

Le troisième type d’implant est l’implant ptérygoïdien. Dans le but de contourner la cavité sinusienne, cet implant long et légèrement incliné s’introduit dans l’os ptérygo-maxillaire. Ainsi, il s’insère au fond de la mâchoire supérieure. Les implants basals avis sont nécessaires durant ces types d’implant. L’implant ptérygoïdien est plus invasif que l’implant zygomatique. Par contre, il est plus difficile à réaliser que l’implant classique. Les personnes qui possèdent une forte ossature au niveau de la mâchoire supérieure ou tubérosité du maxillaire sont conseillées de choisir pour ce type d’implant. L’implant ptérygoidien peut remplacer jusqu’à 17/27 dents puisqu’il se pratique au fond de la mâchoire supérieure.

Ce dernier type d’implant permet de tout de suite de poser les prothèses provisoires parce qu’il est très profond. Quelques jours suffisent pour enlever les prothèses provisoires et de remplacer par des prothèses fixes. Après environ six mois, ces prothèses fixes sont remplacées par des prothèses définitives. Pendant ces six mois, les gencives se dégonflent et laissent un écart vide entre la gencive saine et les dents. Tout de même, la technique de l’implant basal est réservée à un certain nombre de patients à cause de la complexité des interventions.