Les différents types d’oméga 3

oméga 3

Les oméga-3 sont utilisés pour produire 3 séries d’acides gras hautement d’eicosanoïdes et insaturés. Ces substances ont un bon effet sur la composition des membranes cellulaires et de nombreux processus biochimiques de l’organisme : élasticité des vaisseaux sanguins, régulation de la pression artérielle, anti-inflammatoires et réactions immunitaires, agrégation plaquettaire. Parmi les oméga-3, l’acide alpha-linolénique (ALA) est seulement qualifié d’« essentiel ». C’est parce que le corps peut synthétiser d’autres acides gras oméga-3 à partir de l’Acide alpha-linolénique. On le trouve particulièrement dans l’huile et les graines de lin, dans l’huile de colza, ainsi que dans l’huile de chanvre.

Quels sont les rôles des oméga 3 dans l’organisme ?

Les acides gras dits essentiels, communément appelés oméga-3, jouent un rôle important dans la protection de l’organisme et assurer le bon développement d’un enfant. En effet, le corps humain ne peut pas fabriquer d’oméga-3. Alors pour le trouver, il suffit de manger des aliments qui contiennent d’omega 3 et aussi prendre des compléments alimentaires. Les oméga-3 peuvent réduire le cholestérol des lipoprotéines de basse densité et empêcher aussi la formation de plaque d’athérosclérose, qui est l’un des principaux tueurs au monde. Ils peuvent réduire le risque de maladies cardiovasculaires ou aussi des accidents vasculaires cérébraux. Il faut savoir que le cerveau a besoin d’un certain niveau d’oméga-3 pour fonctionner correctement. La recherche s’intéresse particulièrement à la relation entre la mémoire et les oméga-3. Les oméga-3 aident à prévenir également la maladie d’Alzheimer et les démences liées au vieillissement. Par conséquent, il est fortement recommandé que les étudiants testés et les personnes âgées prennent des suppléments d’oméga-3. Les oméga-3 sont présents dans le cerveau et ont un effet positif sur l’humeur : plus le niveau d’oméga-3 est élevé, moins il y a de stress. Les acides gras oméga-3 sont essentiels pendant l’allaitement et la grossesse : ils participent, en réalité, au développement normal du système nerveux fœtal et à la croissance du bébé. Pour en savoir plus, consultez ce lien : nadora.fr

Où trouve-t-on les acides gras oméga 3 ?

Tous les suppléments d’oméga 3 ne sont pas les mêmes. De multiples sources sont utilisées et chaque source a sa propre spécificité.

  • Huile de krill : c’est une très petite crevette antarctique. Il contient des oméga 3 sous forme de phospholipides et de triglycérides. L’avantage de l’huile de krill est qu’elle peut naturellement résister au rancissement grâce à son puissant pigment antioxydant, l’astaxanthine.
  • Huile de poisson naturelle : Les acides gras contenus dans l’huile de poisson existent sous forme de triglycérides, qui sont les plus naturels. L’huile de poisson possède en moyenne 18 à 31% de DHA et d’EPA, en fonction de l’espèce du poisson, notamment : hareng, saumon, sardine, cabillaud. Les suppléments d’huile de poisson doivent être complétés par des antioxydants pour assurer la stabilité et prévenir le rancissement. L’huile de poisson crue contient naturellement de la vitamine D et de la vitamine A.
  • Huile de poisson transformée : L’huile de poisson transformée est, en effet, purifiée et concentrée pour former des esters et parfois des triglycérides. Cette transformation a pour but d’éliminer son contaminant tel que le mercure. La teneur en DHA et EPA est également plus élevée (jusqu’à 90 %) dans l’huile de poisson transformée. Ces suppléments sont plus abordables et plus courants, mais le corps n’absorbe pas aussi bien les esters que les triglycérides. En outre, la forme synthétique des oméga 3 est plus sujette à l’oxydation que les huiles naturelles.
  • Oméga végétal 3 : Le principal acide gras des végétaux est l’ALA, précurseur de l’EPA et du DHA. Existe en grande quantité dans : algues, graines de chia, noix, choux de Bruxelles, graines de chanvre, graines de lin.

Quels sont nos besoins en oméga-3 ?

Chez les hommes, l’apport nutritionnel recommandé pour l’ALA est de 2 grammes par jour et pour les femmes est de 1,6 gramme par jour. Cela équivaut, en réalité, à 2 cuillères à soupe d’huile végétale. Pour l’EPA et le DHA, l’apport alimentaire conseillé est de 500 mg par jour. Pour les personnes qui sont considérées à risque cardiovasculaire, elles peuvent prendre jusqu’à 1 gramme par jour. Il est souvent estimé qu’en consommant par semaine deux à trois portions de poisson gras, cela peut vous apporter 1 gramme d’EPA et de DHA, plus exactement, 350 mg d’EPA et 650 mg de DHA. Quant à l’Organisation mondiale de la santé, elle recommande : ALA de 0,8 g à 1,1 g/jour et EPA et DH de 0,3 g à 0,5 g/jour.

Respecter les dosages et recommandations

La consommation suffisante d’omega 3 est très bénéfique et indispensable pour l’organisme. Cependant, pour qu’il soit efficace, il faut respecter la dose recommandée. Même s’il est meilleur pour la santé, il ne faut pas en abuser. Pour ceux qui n’ont pas de maladies particulières, mais veulent juste améliorer leur santé et leur condition, il est recommandé de consommer 1 à 2 grammes d’Oméga 3 sous forme de compléments alimentaires (soit 4 gélules d’huile de poisson) par jour. Pour les personnes atteintes de maladies cardiaques ou qui souhaitent réduire les taux de cholestérol ou de triglycérides, le maximum recommandé est de 2 grammes, 4 grammes par jour pour les patients souffrant de dépression et 6 grammes par jour pour les patients atteints d’arthrite. Soyez prudent lorsque vous consommez des oméga-3 sous forme de compléments alimentaires. L’avis d’un expert est toujours préconisé, notamment pour les personnes souffrant de diverses maladies et prenant des médicaments (anticoagulants ou autres médicaments). Une consommation excessive d’acides gras essentiels (plus de 10 grammes par jour pour les adultes) peut provoquer des conséquences néfastes.

Comment choisir une bonne sono ?
Guide pratique sur la garantie bancaire