Comment remédier à la cystite aiguë ?

cystite

Envie obsédante d’uriner, douleurs insupportables sur le bas du ventre, brûlures pendant la miction, etc. Ce sont tous des symptômes liés à la cystite. Cette dernière est généralement une maladie sans dangers à condition qu’elle soit traitée rapidement et convenablement. Une fois le diagnostic effectué, le traitement par antibiotique peut commencer. Cela dure en moyenne environ 5 jours. Ainsi, dès que vous ressentez une sensation d’inconfort lorsque vous faites pipi, il vous est conseillé de vous faire consulter par un médecin généraliste ou un médecin spécialiste dans le plus bref délai.

La cystite : qu’est-ce que c’est ?

La cystite répétition est une maladie assez courante intimement liée à l’anatomie féminine. En effet, les voies génitales et l’anus se trouvent à proximité de l’urètre de la femme, l’appareil qui se charge de la vidange de la vessie. À cause de cette proximité, les germes intestinaux peuvent contaminer l’urètre. Ce qui est ainsi à l’origine de la cystite. Les brûlures urinaires et l’envie fréquente d’uriner sont les premiers signes d’une telle infection. Au cas où celle-ci n’est pas traitée le plus tôt possible, elle risque de se transformer en infection rénale grave.

Qu’elle soit chronique ou aiguë, cette maladie affecte l’appareil urinaire de la femme à savoir, la vessie qui stocke les urines, le rein qui fabrique l’urine, ainsi que l’urètre qui permet l’évacuation de l’urine vers l’extérieur du corps. Bien que rares, les infections peuvent également affecter la prostate qui se trouve autour de l’urètre de l’homme. Dans 90 % des cas, les cystites à répétition sont causées par l’attaque d’une bactérie appelée « Escherichia coli ». Et si d’une manière générale, cette dernière est bénigne, il faut toujours se faire consulter dans le cas où les gênes occasionnées seraient liées à des maladies sexuellement transmissibles.

Comment traiter ce genre d’infections ?

Les gênes occasionnées par l’envie incessante d’uriner sont désagréables. Heureusement que l’infection peut bel et bien être traitée par un traitement réalisé à temps. Mais avant cela, le diagnostic se fait par le biais d’un test de la bandelette urinaire. La maladie est par la suite confirmée lors que le test est positif. À compter de ce jour, les traitements peuvent commencer. Ceux-ci se font généralement à base d’antibiotiques à administrer au moins une fois par jour. En première intention, le médecin prescrit un traitement par fosfomycine trométhanol en dose unique. Celui-ci est par la suite suivi d’un traitement de 5 jours par le pivmécillinam. En troisième intention, l’utilisation des fluoroquinoles est envisageable, à l’exemple d’un norfloxacine, de l’ofloxacine, de loméfloxacine, etc.

Tout au long du traitement, la consommation massive de l’eau est recommandée. En effet, il faut uriner autant de fois que possible pendant la journée. Aussi, les rapports sexuels sont déconseillés jusqu’à la disparition des symptômes. Étant donné que ces derniers durent 3 jours au plus avant de disparaître, il n’est pas besoin de faire des contrôles. Cependant, au cas où les malaises persistent, il faut consulter un médecin sans attendre.

Quid du test de la bandelette ?

Avant tout, le test de bandelette permet de savoir si l’infection est réelle ou non. Son utilisation est relativement simple. Il consiste en effet à prélever les urines matinales et y faire tremper la bandelette. Cette dernière mesure généralement deux paramètres, à savoir les leucocytes et les nitrites grâce à ses échelles de couleur. Dans le cas où les deux paramètres sont tous positifs, il est fort probable que vous êtes affectés par la maladie. Par contre, si les deux sont négatifs, vous pouvez avoir l’esprit tranquille étant donné que vous n’avez aucune infection. La fiabilité de ce test est à 98 %. Cependant, si les deux paramètres sont différents, il faut refaire le test le lendemain.

Pour les femmes enceintes, il convient mieux d’utiliser l’uritest. Son mode d’emploi reste exactement le même que celui de la bandelette. Seuls les deux paramètres sont différents. En effet, l’uritest mesure plutôt les protéines et le glucose.

Quel traitement pour les femmes enceintes ?

Les infections de l’urètre peuvent toucher toutes les femmes, à toutes les périodes, même pendant la grossesse. Effectivement, les femmes enceintes ne peuvent pas suivre les mêmes traitements qu’une femme normale. Au cas où le test est positif, un examen cytobactériologique des urines ou ECBU est pratiqué afin d’identifier la bactérie responsable des malaises. En guise de traitement, le médecin peut essayer la sensibilité aux antibiotiques par antibiogramme. Un traitement qui ne présente aucun danger pour le fœtus est alors administré par le médecin. Pour information, le test de l’urine est réalisé tous les mois chez une femme enceinte à partir du 4e mois de grossesse. Le but étant de suivre de près l’état de santé de la femme et de son enfant. 

Acheter des e-liquides à base de CBD en ligne
Conseils pratiques pour choisir son audioprothésiste