Recrutement : pourquoi passer par un chasseur de tête ?

Recrutement

Depuis la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, de plus en plus de chefs d’entreprise expriment leurs difficultés à recruter. Ce phénomène semble concerner tous les secteurs d’activité. Dans un contexte aussi difficile, certains ont fait le choix de confier leurs recrutements à un chasseur de tête. Vous aimeriez en apprendre davantage au sujet de cette profession ? Prenez alors le temps de découvrir toutes les informations rassemblées dans le texte ci-dessous.

Qu’est-ce qui différencie un recruteur d’un chasseur de tête ?

Avant toute chose, il est important de ne pas confondre le recruteur « classique » et le chasseur de tête. Le premier appartient au service des ressources humaines (RH) de l’entreprise, voire à un prestataire extérieur tel un cabinet de recrutement digital. Il s’agit d’un salarié dont la fonction vise à recruter de nouveaux collaborateurs, qui deviendront donc ensuite des collègues. Son mode d’action est considéré comme passif. Le recruteur attend en effet que les candidatures viennent à lui, une fois son annonce mise en ligne ou publiée. Il se chargera ensuite de retenir les profils les plus intéressants en fonction de la demande initiale. Le processus de sélection passera alors par des entretiens avec différents intervenants et, parfois, par des tests.

Si votre entreprise décide au contraire d’externaliser le recrutement, les processus de sélection seront tout autre. Le chasseur de tête s’inscrit en effet dans une démarche plus active. Il ne souhaite pas recevoir de nombreuses candidatures pour les trier par la suite afin de ne retenir que les plus intéressantes. Son objectif consiste plus exactement à identifier uniquement quelques profils correspondant parfaitement à la description du poste. Pour parvenir à ses fins, il n’hésitera donc pas à entrer directement en contact avec le (peut-être) futur candidat, qu’il soit déjà en poste ou non ! L’entreprise rémunéra le chasseur de tête seulement s’il parvient à trouver la perle rare.

Trouvez des profils rares

Au fil des années, le chasseur de tête a constitué une base de données avec les différents candidats qu’il a pu rencontrer. Son premier réflexe sera donc de la consulter. Si aucune possibilité ne se dégage, le professionnel du recrutement peut également s’appuyer sur ses réseaux personnels. Il dispose en effet de contacts au sein des grandes entreprises ou des organismes de recrutements qui pourront l’orienter vers le profil tant désiré.

Les chasseurs de tête sont généralement spécialisés dans un domaine en particulier (management, informatique, droit, etc.) ou sur un secteur d’activité bien précis. Pour gagner du temps et éviter d’inutiles dépenses, vérifiez alors cette information avant de prendre tout contact avec lui. Pour en savoir plus sur ce point, consultez le site getpro.co.

Rentabilisez vos campagnes de recrutement

Pour une entreprise, organiser une compagne de recrutement implique de lourdes dépenses. Il s’agit en effet de mobiliser les ressources compétentes, d’organiser de nombreuses rencontres avec les potentiels intéressés et de prévoir une formation lors de l’entrée en fonction. Vous aurez déjà sans doute compris que plus le nombre de postes à pouvoir est conséquent et plus le coût de l’opération sera important. Veuillez également noter que tout échec de recrutement (erreur dans le choix des profils, manque de compétences, lacunes non identifiées, difficultés d’intégration au sein de l’équipe, etc.) se traduira lui aussi par une augmentation de la dépense.

Gagnez du temps

Si recruter a un coût financier, cette action exige également énormément de temps. Les employés du service RH devront notamment étudier de près chaque candidature et y répondre. Il leur faudra également prendre contact avec les profils les plus intéressants en vue d’organiser un premier entretien. En fonction de la complexité du poste à pouvoir, plusieurs entrevues, avec des interlocuteurs différents à chaque fois, sont habituellement effectuées. Les décisionnaires devront ensuite échanger leur point de vue afin de retenir la meilleure candidature à leurs yeux. Une fois le recrutement achevé, du temps devra également être dégagé dans le but de faciliter l’intégration du nouveau salarié.

Profitez de ses capacités de négociation

On ne le sait pas toujours, mais le chasseur du tête est un spécialiste de la négociation. Cet art lui est en effet bien utile pour convaincre une cible de répondre favorablement à l’offre d’emploi proposée. Vous ne serez pas surpris de lire ici que la tâche se complique encore lorsque cette dernière occupe actuellement un poste qui lui convient totalement ! Pour maximiser ses chances de succès (et celles de votre entreprise par la même occasion), le chasseur de tête mise essentiellement sur la création de relations humaines solides avec le candidat.


Pourquoi faire un bilan de compétences ?
Comment sécuriser une intervention sur la voie publique ?